Espace de SuperVision

Les objectifs de la supervision

Le objectifs de la supervision sont multiples :

  • mieux comprendre ses clients et leur contexte organisationnel
  • explorer les relations de coaching
  • développer des façons d’améliorer le coaching
  • contribuer à la formation professionnelle du coach
  • utiliser les relations coach-superviseur et leur potentiels parallèles avec le client dans les séances de coaching
  • s’assurer que le coach a un espace de soutien et de ressourcement lui permettant de gérer son travail de coach, et qu’il n’est pas confronté à des problématiques dépassant ses capacités, sa maturité professionnelle

Les 3 fonctions de la supervision pour le coach

Ainsi que représenté dans le schéma ci-dessus, l’espace de supervision a plusieurs fonctions. Et il convient de travailler de manière consciente dans ces différents espaces, selon le besoin du coach.

  • améliorer la qualité du coaching
  • développer les capacités du coach et ses apprentissages
  • le soutenir dans sa pratique

Coach internes

Les coachs internes ont une mission plus complexe, car il font partie du système dans lequel ils coachent. Ce qui demande un travail de clarification des enjeux, personnels, de la relation de coaching, du système, de l’environnement dans lequel cela se joue.

Pour l’organisation qui fait superviser ses coachs internes, il s’agit d’assurer la qualité et l’efficacité des coachings, le développement de l’apprentissage réflexif des coachs, la capacité à relever de nouveaux challenges et d’appliquer les apprentissages.

Et également au niveau de l’entreprise, d’apprendre des répétitions qui émergent des différentes relations de coaching, et de gérer les questions éthiques -comme par exemple l’indépendance et la neutralité d’un coach interne à l’entreprise-.

Exemples

Plusieurs Managers coachés individuellement pour des conflits avec le CEO, qu’est-ce que cela raconte du sytème entreprise ?

Un coach mis en difficulté par un client qui travaille sur son manque de pro-activité et sa prise de décision. Le coach a l’impression de porter son client, de ne pas avancer.

Un coach interne pris dans un conflit de loyauté avec un ancien collègue englué dans une situation relationnelle difficile, et formule qu’il « ne peut pas se permettre d’échouer en le coachant, sinon sa réputation de coach est terminée dans cette société »