Resilience Mapping

Resilience Mapping can meet certain coaching objectives, examples of which are given below.

what?

It makes it possible to make a point on :

  • levels of well-being and motivation
  • the levers of action, in the management of emotions, risk-taking, tolerance to uncertainty.  

This data measured individually, and for a team, is compiled into a Group Mapping, which gives visibility on the state of the team and allows you to co-build avenues for reflection and action on strategies in the face of your development objectives and current challenges.

How?

Resilience Mapping, happens individually online via serious questions and games. Two types of situations that stimulate the brain and measure data – thoughts and actions. The test lasts 20 to 30 minutes.

Scientific foundations

We have, as human beings, basic needs.

Our thoughts, emotions, and behaviors are signals of what is happening between these needs and our reality.

OpenMind Neurotechnologies has developed resilience mapping, building on the most recent neuro-scientific foundations and 5 years of research and development.

Cartographie Résilience

La Cartographie Résilience peut répondre à certains objectifs de coaching, tels que Manager une équipe sous pression.

Pour quoi ?

Elle permet de faire un point sur :

  • les niveaux de bien-être et de motivation
  • les leviers d’action, dans la gestion des émotions, la prise de risque, la tolérance à l’incertitude. 

Ces données mesurées individuellement, sont compilées en une Cartographie de Groupe, qui donne la visibilité sur l’état de l’équipe et permet de co-construire des pistes de réflexion et de mise en action sur les stratégies face aux objectifs de développement et enjeux actuels.

Quand ?

La cartographie Résilience est utile quand l’individu ou des membres d’une équipe manifestent un mal-être, une baisse de performance, d’engagement.

Elle permet de sonder l’état des individus ou de l’équipe et de co-construire à partir de cette réalité des stratégies d’amélioration et de redynamisation de l’équipe.

Livrable

La Cartographie Résilience est un document individuel, comportant les compétences mesurées, selon le modèle de l’OMS -voir ci-dessous-. Ces résultats sont présentés et mis en lien avec la situation de la personne et ses objectifs de coaching, lors de la séance de restitution individuelle de 1h.

La Cartographie Résilience de Groupe est une représentation graphique de l’état du groupe, par rapport à une population moyenne représentative. Elle permet ainsi de mettre en réflexion l’équipe sur les paramètres qui lui sont propres. Comme par exemple en observant la répartition des membres, face aux différents paramètres, tels que la gestion des émotions. Ou encore en corrélant plusieurs données, telles que la propension à la prise de risque et la tolérance à l’incertitude, ou telles que les relations et le bien-être psychologique.

Comment ?

La Cartographie Résilience, se passe individuellement en ligne via des questions et des jeux sérieux. Deux types de situations qui stimulent le cerveau et mesurent des données -pensées et actions-. Le test dure 20 à 30 minutes.

Les fondements scientifiques

Nous avons, en tant qu’être humains, des besoins fondamentaux.

Nos pensées, nos émotions, et nos comportements sont des signaux de ce qui se passe entre ces besoins et notre réalité.

OpenMind Neurotechnologies a développé la Cartographie Résilience, en s’appuyant sur les fondements neuro-scientifiques les plus récents et 5 années de recherche et développement.

SuperVision Stories #8

In a supervision space, supervisor and supervised(s) explore elements of coaching. 
Let's focus here on active listening.

Supervision and coaching are privileged relational spaces for the work of active listening.

What is active listening (skill 6)? 

In the terms of the ANC, active listening is listening on two levels: containing and containing. With other models of human understanding, listening focuses both on the story that is told, the situation that is reported, and on the mechanisms underlying the story and how it is staged in the narrative. With possibly the recurrences that the coach notices in his client.

It is active in the sense that the coach, or the supervisor, reformulates what he has understood – which is only his vision of reality – and questions the rest. And listening is also active in the sense that the coach or supervisor works with signals, emotional, energy field, silences … Signals from its interlocutors and internal signals from its own antennas.
The ability of the coach to confront his client while remaining naive – or in the non-knowing, non-judgment – is key in this active listening. And since it is a question of confronting, it also refers to the relational contract (competence 3), which has made it possible to clarify the relational style that explicitly suits the client or the supervised. Or the ability to raise awareness (skill 7).

Les 8 compétences des Coachs dans el référentiel ICF

Compétences du référentiel ICF

Histoires de SuperVision #8

Dans un espace de supervision, superviseur et supervisé(s) explorent des éléments du coaching. 
Focalisons ici sur l’écoute active.

La supervision comme le coaching sont des espaces relationnels privilégiés pour le travail de l’écoute active.

Qu’est-ce que l’écoute active (compétence 6) ? 

Avec les termes de l’ANC, l’écoute active est une écoute sur deux niveaux : contenant et contenu. Avec d’autres modèles de compréhension de l’humain, l’écoute porte à la fois sur l’histoire qui est racontée, la situation qui est rapportée, que sur les mécanismes sous-jacents à l’histoire et à la façon dont elle est mise en scène dans le récit. Avec éventuellement les récurrences que le coach remarque chez son client.

Elle est active en ce sens que le coach, ou le superviseur reformule ce qu’il a compris -qui n’est que sa vision de la réalité-, et questionne le reste. Et l’écoute est également active en ce sens que le coach ou le superviseur travaille avec les signaux, émotionnels, de champ d’énergie, les silences… Signaux de son interlocuteurs et signaux internes de ses propres antennes.
La capacité du coach de confronter son client tout en restant naif -ou dans le non savoir, non jugement- est clef dans cette écoute active. Et comme il est question de confronter, cela renvoie également au contrat relationnel (compétence 3), qui a permis de clarifier le style relationnel qui convient explicitement au client ou au supervisé. Ou encore à la capacité à susciter des prises de conscience (compétence 7).

Les 8 compétences des Coachs dans el référentiel ICF

Compétences du référentiel ICF

SuperVision Stories #7

In a supervision space, supervisor and supervised(s) explore elements of coaching.
Let’s focus here on ethics and the spirit of coaching.

Supervision and coaching are privileged relational spaces for the manifestations of the ethics of coaching and coaching, as well as the spirit of coaching.

What is ethics? What is the coaching spirit? While it is ambitious to answer this question in an article, let’s try to shed light on this question.


Focus on Ethics (Competency 1)

A regular stumbling block in coaching is the difference between consulting and coaching, or even therapy.

When formulating coaching goals, the client often asks for advice on how to accomplish this or that. 
How then to welcome both his request, which is a manifestation of his representation of coaching and his ability to clarify his objective and clarify the difference between consultancy, coaching, therapy, facilitation?
How to use appropriate language to be heard? To meet the customer where he is, and accompany him to go where he wants? Or even to keep the freedom to position oneself in front of the customer as not being the right resource to meet his demand.

Privacy is also an essential part of the coaching space. It is one thing to verbalize it, it is another to ensure that it is effective. Both in the information exchanged verbally and in the information exchanged by electronic or other means (what are the general conditions of sale of the coach, how is he able to guarantee to his client – beneficiary of coaching, payer of coaching – his processes of conservation or deletion of data.

This also touches on the issue of consent. How to ensure that in the relationship with the customer, his consent is key, in the moment and in the long term?

This question is also to be clarified by considering « the client » as the beneficiary of the coaching, or as the company’s stakeholder(s) involved in the coaching (HR, manager, etc.).


Focus on the Coaching mindset (Skill 2)

A coach in a supervisory conversation tells how she prepares her sessions and imagines in advance what she will do as exercises with her client. 
By unfolding the situation, she becomes aware of her fear of not being up to the task, the lack of confidence in her coaching abilities, her questions about her legitimacy, and the fact that this preparation blocks the session in a pre-written scenario, underpinned by pre-judgements, in contradiction with the « dance with the client » or the co-creation of the content of the live live session. 
All boosted by judgments, towards herself ‘I am not competent enough’ and towards her client ‘she needs this’.

Through SuperVision’s reflective practice, this awareness leads him to work on his sense of competence (Emotional Governance), on the client’s responsibility in the session, on the co-management of the session (Adaptive Governance and Assertiveness).

This path is typical of the progression of the young coach just out of training towards a maturity that is refined over the course of the practice. The embodiment, or personification of the Coaching state of mind is a process that takes place over time. And this is what is evaluated in the external certifications/accreditations of coach associations, with different levels of coach maturity.
It also refers to the question of the ethics of the coach or supervisor (Competence 1), who is responsible for his reflective practice, supervision, professional development and maintenance of skills with external and independent advice.

Les 8 compétences des Coachs dans el référentiel ICF

Compétences du référentiel ICF

Histoires de SuperVision #7

Dans un espace de supervision, superviseur et supervisé(s) explorent des éléments du coaching.
Focalisons ici sur l’éthique et l’esprit de coaching.

La supervision comme le coaching sont des espaces relationnels privilégiés pour les manifestations de l’éthique du coaching et du coach, ainsi que l’esprit de coaching.

Qu’est-ce que l’éthique ? Qu’est-ce que l’esprit de coaching ? Même s’il est ambitieux de répondre à cette question dans un article, tentons d’éclairer cette question.


Zoom sur l’éthique (Compétence 1)

Un point d’achoppement régulier en coaching est celui de la différence entre la consultance et le coaching, voire la thérapie.

Lors de la formulation des objectifs de coaching, le client demande souvent des conseils pour accomplir ceci ou cela. 
Comment alors accueillir à la fois sa demande, qui est une manifestation de sa représentation du coaching et de sa capacité à clarifier son objectif et clarifier la différence entre la consultance, le coaching, la thérapie, la facilitation ?
Comment utiliser un langage approprié pour être entendue ? Pour rencontrer le client là où il est, et l’accompagner à aller là où il veut ? Voire pour garder la liberté de se positionner face au client comme n’étant pas la bonne ressource pour répondre à sa demande.

La confidentialité est également un élément essentiel de l’espace de coaching. C’est une chose de le verbaliser, c’en est une autre de faire en sorte qu’elle soit effective. A la fois dans les informations échangées verbalement que dans les informations échangées par des moyens électroniques ou autres (quelles sont les conditions générales de vente du coach, comment est-il en capacité de garantir à son client -bénéficiaire du coaching, payeur du coaching- ses processus de conservation ou effacement des données.

Ce point touche également la question du consentement. Comment faire en sorte que dans la relation avec le client, son consentement soit clef, dans l’instant et dans la durée ?

Cette question est également à éclairer en considérant « le client » comme la personne bénéficiaire du coaching, ou comme la ou les parties prenantes de l’entreprise impliquées dans le coaching (RH, manager…).


Zoom sur l’état d’esprit Coaching (Compétence 2)

Une coach dans une conversation de supervision raconte comment elle prépare ses séances et imagine à l’avance ce qu’elle va faire comme exercices avec son client. 
En dépliant la situation, elle prend conscience de sa peur de ne pas être à la hauteur, du manque de confiance dans ses capacités de coach, de ses questionnements sur sa légitimité, et du fait que cette préparation bloque la séance dans un scénario pré-écrit, sous-tendu de pré-jugés, en contradiction avec la « danse avec le client » ou la co-création du contenu de la séance en direct live. 
Le tout dopé par des jugements, envers elle-même ‘je ne suis pas assez compétente’ et envers son client ‘il lui faut ceci’.

Par la pratique réflexive de SuperVision, cette prise de conscience, l’amène à travailler sur son sentiment de compétence (Gouvernance émotionnelle), sur la responsabilité du client dans la séance, sur le co-pilotage de la séance (Gouvernance adaptative et Assertivité).

Ce cheminement est typique de la progression du jeune coach tout juste sorti de formation vers une maturité qui s’affine au fil de la pratique. L’incarnation, ou la personnification de l’état d’esprit Coaching est un processus qui se fait dans le temps. Et c’est cela qui est évalué dans les certifications/accréditations externes des associations de coachs, avec différents niveaux de maturité de coach.
Il renvoie aussi à la question de l’éthique du coach ou du superviseur (Compétence 1), qui est responsable de sa pratique réflexive, sa supervision, son développement professionnel et la maintenance des compétences avec un avis extérieur et indépendant.

Les 8 compétences des Coachs dans el référentiel ICF

Compétences du référentiel ICF

SuperVision Stories #6

In a supervision space, supervisor and supervised(s) explore elements of coaching. 

Let's focus here on the state of Trust and Security in the session.

Supervision and coaching are privileged moments to experiment and think about the installation of confidence and security in the coaching space (competence 4).

The trust and security of the coaching or supervision space is essential. Indeed, difficult to address sensitive subjects, if you do not feel safe, or if you have slept badly, or if you are hungry. Indeed, our brain manages priorities! 
The need for security is a fundamental level of Maslow's Pyramid, which when filled makes it possible to address the following, those of social connections, the need for fulfillment and the need for self-realization. 

  • How do you clarify with your client his needs, on each floor, and more particularly in terms of relational security and trust?
  • How do you embody these skills?
  • How do you perceive warning signs of insecurity or lack of trust?
  • What do you do with these signals?
Les 8 compétences des Coachs dans el référentiel ICF

Compétences du référentiel ICF

Histoires de SuperVision #6

Dans un espace de supervision, superviseur et supervisé(s) explorent des éléments du coaching. 

Focalisons ici sur l’état la Confiance et de sécurité dans la séance.

La supervision comme le coaching sont des moments privilégiés pour expérimenter et réfléchir à l’installation de la confiance et de la sécurité dans l’espace de coaching (compétence 4).

La confiance et la sécurité de l’espace de coaching ou de supervision sont essentiels. En effet, difficile d’aborder des sujets sensibles, si l’on ne se sent pas en sécurité, ou si on a mal dormi, ou qu’on a faim. En effet, notre cerveau gère les priorités ! 
Le besoin de sécurité est un niveau fondamental de la Pyramide de Maslow, qui lorsqu’il est comblé permet d’aborder les suivants, ceux des liens sociaux, le besoin d’accomplissement et le besoin de réalisation de soi. 

  • Comment clarifiez-vous avec votre client ses besoins, à chaque étage, et plus particulièrement en terme de sécurité relationnelle et de confiance ?
  • Comment incarnez-vous ces compétences ?
  • Comment percevez-vous les signaux d’alerte d’insécurité ou de manque de confiance ?
  • Que faites vous de ces signaux ?
Les 8 compétences des Coachs dans el référentiel ICF

Compétences du référentiel ICF

SuperVision Stories #5

In a supervision space, supervisor and supervised(s) explore elements of coaching. 

Let’s focus here on the status of the Contract in the session.

Supervision and coaching are privileged moments to experiment and think about the installation and maintenance of the coaching contract (competence 3).

A coach wants to work on her discomfort with coachees who do not engage or not really engage in their coaching.

We explore how it installs and proposes engagement. On very concrete aspects, such as the coaching contract, the moments of adjustment, as well as on relational aspects, in particular the coach’s brakes to question this space of the coaching relationship.

What is your freedom to question your client about their real goals (Competence 7)?

  • To work with your discomfort, your fear of losing the customer because it goes wrong? Your emotional governances – avoidances, compensations, values – in ANC language.
  • To work with a client who « abuses »: who postpones his appointments repeatedly, who pays late, who arrives late, who does not do what he had committed to do in his action plan, who changes his objective, who « goes in all directions »…
Les 8 compétences des Coachs dans el référentiel ICF

Compétences du référentiel ICF

Histoires de SuperVision #5

Dans un espace de supervision, superviseur et supervisé(s) explorent des éléments du coaching. 

Focalisons ici sur l’état le Contrat dans la séance.

La supervision comme le coaching sont des moments privilégiés pour expérimenter et réfléchir à l’installation et la maintenance du contrat de coaching (compétence 3).

Une coach souhaite travailler sur son inconfort avec des coachés qui ne s’engagent pas ou pas vraiment dans leur coaching.

Nous explorons la façon dont elle installe et propose l’engagement. Sur des aspects très concrets, tels que le contrat de coaching, les moments d’ajustement, ainsi que sur des aspects relationnels, notamment les freins du coach pour questionner cet espace de la relation de coaching.

Quelle est votre liberté pour questionner votre client sur ses objectifs réels (Compétence 7) ?

  • Pour travailler avec votre inconfort, votre peur de perdre le client parce que ça se passe mal ? Vos gouvernances émotionnelles -évitements, compensations, valeurs- en langage ANC.
  • Pour travailler avec un client qui « abuse » : qui décale ses rendez-vous de façon répétitive, qui paie à retardement, qui arrive en retard, qui ne fait pas ce qu’il s’était engagé à faire dans son plan d’action, qui change d’objectif, qui « part dans tous les sens »…
Les 8 compétences des Coachs dans el référentiel ICF

Compétences du référentiel ICF